15, rue du Bourbonnais 35000 Rennes ille-et-vilaine@clcv.org 02 99 14 23 23

LES ELECTIONS HLM 2022

Tous les 4 ans, les locataires élisent leurs représentants aux conseils d’administration des organismes HLM.

Les dernières élections ayant eu lieu en 2018, c’est cette année, en 2022 qu’a donc lieu le renouvellement des mandats.

Les scrutins ont lieu entre le 15 novembre et le 15 décembre 2022.

La CLCV, à Rennes, présente ses listes de candidats comme elle le fait depuis des décennies.

Les associations œuvrant dans le domaine du logement présentent des listes de candidats. En fonction du bailleur social il faut entre 6 et 10 personnes physiques sur une liste. Le nombre de sièges à pourvoir diffère aussi, variant de 3 à 5 sièges environ.

Le rôle des représentants de locataires est de défendre les intérêts de l’ensemble des locataires, de donner la parole aux habitants. Concrètement, les élus ont pour mission de :

  • Représenter les locataires : En participant aux instances de décisions de votre bailleur et en veillant à ce que vos besoins et attentes soient prises en compte.
  • Négocier : Notamment des améliorations de votre quotidien en termes de travaux ou bien d’entretiens, de rénovations…
  • Contrôler : : Les recettes et les dépenses des bailleurs, l’évolution des loyers et des charges.
  • Exiger : Le respect des règles et des lois.

La CLCV tant au plan national que local a une longue expérience de la représentation des locataires : ses représentants sont formés pour connaitre les lois et les faire appliquer dans l’intérêt des locataires, pour écouter les demandes et les répercuter aux bailleurs sociaux, pour obtenir des avancées et aussi pour conseiller chacun des locataires dans ses démarches avec son bailleur.

Au niveau national la CLCV compte plus de 450 administrateurs dans les organismes HLM.

En votant pour les listes CLCV vous êtes assuré(e) d’être représentée par une association qui agit activement pour les locataires HLM.

Vous pouvez aussi vous porter candidat pour représenter la CLCV sur la liste concernant votre bailleur social : vous serez accompagné, formé et conseillé. Faites-vous connaitre dès maintenant, en nous contactant par téléphone au : 02 99 14 23 23 ou par mail : ille-et-vilaine@clcv.org

Les rats ne sont pas inoffensifs

Les rats sont de plus en plus nombreux en ville. C’est un facteur d’inquiétude rappelé par l’Académie de Médecine dans un communiqué publié le 15 juillet 2022.

L’Académie de médecine estime que les rats sont dangereux pour la santé humaine.

Elle recommande aux maires de prendre rapidement des mesures de salubrité publique.

En effet, selon les experts de  l’académie, les risques de zoonoses bactériennes, virales et parasitaires encourues par les habitants des communes touchées par le fléau, sont réels.

Le rat  « reste une menace pour la santé humaine en raison des nombreuses zoonoses transmissibles par ses exoparasites, ses déjections, ses morsures ou ses griffures » explique l’Académie.

L’Académie de médecine rappelle que la peste bubonique, le typhus murin et la bartonellose sont transmis par la puce du rat. Les urines du rongeur peuvent aussi contaminer l’environnement par des leptospires qui provoquent la leptospirose. Les excréments du rat peuvent également contaminer la chaîne alimentaire par des salmonelles. Une morsure du rongeur peut inoculer une bactérie provoquant une septicémie rapidement mortelle. Le rat héberge également de nombreuses autres bactéries pathogènes pour l’Homme

Plusieurs zoonoses virales sont imputables aux rats : la fièvre hémorragique avec syndrome rénal (hantavirose), l’hépatite E et la chorioméningite lymphocytaire. Les rats peuvent aussi être porteurs asymptomatiques d’Orthopoxvirus. En France, ils sont aussi impliqués dans certaines zoonoses parasitaires et mycotiques (trichinellose, toxoplasmose, capillariose, cryptosporidiose, teigne).

Les mairies sont invitées à établir « un plan de propreté urbaine, rigoureux et pérenne » afin de supprimer les déchets alimentaires accessibles aux rongeurs. La voirie, les parcs et jardins devront être nettoyés et les ordures ménagères collectées.

Pour compléter, des campagnes de dératisation doivent être entreprises, à l’instigation des mairies, auprès des syndics de copropriété et des bailleurs.

Parallèlement à ces mesures, l’Académie recommande de procéder à des captures de rats d’égouts régulières afin de surveiller le portage d’agents pathogènes et de détecter d’éventuelles émergences.

BLOCAGE DES PRIX DU GAZ PROLONGE

Un arrêté vient d’être publié au Journal officiel pour prolonger le gel des prix du gaz naturel jusqu’au 31 décembre 2022.

Sont concernés les consommateurs résidentiels individuels de gaz, les logements chauffés par un chauffage collectif au gaz ou par un réseau de chaleur urbain utilisant du gaz naturel.

Aucune démarche n’est à effectuer pour bénéficier de la mesure pour les particuliers en maison individuelle, ni pour les habitants d’immeubles collectifs.

LOYERS: une hausse historique et inacceptable

Sans avoir consulté les locataires, le gouvernement veut imposer une hausse de 3,5% des loyers pour un an d’ici le 1er juillet. Ce “bouclier loyers” serait la plus forte hausse annuelle depuis 15 ans.

La CLCV s’opposera évidemment à cette mesure, et continue d’appeler les responsables politiques à la mise en oeuvre d’un gel des loyers, seule mesure concrète pour sauvegarder le pouvoir d’achat des locataires.

Pour un gel des loyers

“/” La CLCV dans un communiqué de presse du 23 juin 2022 réclame la mise en oeuvre d’une “vraie politique pour le pouvoir d’achat des locataires”.

En effet le pouvoir d’achat est de plus en plus mis à mal.

La situation est de plus en plus précaire pour les locataires et nombre d’entre eux doivent choisir entre se nourrir et se loger.

Or, un gel des loyers permet de préserver les locataires des conséquences de l’inflation.

La CLCV Demande la mise en place de trois mesures;

  • le gel des loyers pour une durée d’un an dès juillet et la mise en ^place d’une réforme de l’indice IRL;
  • un prolongement des différents boucliers tarifaires liés à l’énergie,
  • une pérennisation de l’encadrement des loyers et la libre possibilité pour les communes de mettre en place ce dispositif.