15, rue du Bourbonnais 35000 Rennes ille-et-vilaine@clcv.org 02 99 14 23 23

Enquête – Usages et pratiques des produits antiparasitaires pour chiens et chats

La CLCV rend publique son enquête sur les pratiques et usages des Français et sur leurs connaissances des produits antiparasitaires pour les animaux domestiques tels que les chats et les chiens.
L’usage des produits antiparasitaires (puce, tique…) est mal connu et a fait l’objet de peu d’études en France. Nous nous sommes intéressés à 10 d’entre eux et la lecture de leur composition montre qu’ils contiennent tous des substances potentiellement à risque pour la santé et l’environnement. Si le type d’usage de ces produits est évidemment à prendre en compte pour évaluer ce risque, peu de Français en ont conscience comme le souligne notre questionnaire en ligne.

La présence de pesticides potentiellement neurotoxiques : une réévaluation des risques santé et environnement.
Les étiquettes des produits indiquent la présence de pesticides potentiellement neurotoxiques dans l’ensemble de notre échantillon. En prenant en compte les conditions réelles d’utilisation des produits antiparasitaires et l’avancée de la recherche sur l’impact de certaines substances sur la santé et l’environnement, nous estimons indispensable de réévaluer les risques que représentent ces produits.


Un manque de connaissance flagrant des consommateurs 80% des 270 maîtres interrogés dans notre enquête ne connaissent ni les effets potentiels des antiparasitaires sur leur santé et celle de leur entourage ni ceux sur l’environnement. Quant aux risques sur la santé de leurs animaux, le constat est similaire avec un taux de 60%. Ces résultats montrent le manque de connaissance évident sur l’utilisation de ces produits. Or, ils contiennent pour la majeure partie d’entre eux des pesticides potentiellement neurotoxiques.


La nécessité de renforcer l’information des consommateurs
Nous demandons aux fabricants de renforcer et adapter leur communication en fonction de la dangerosité du produit, de la composition des foyers et du type de logement, en délivrant des messages ciblés et simples (pictogrammes) qui pourraient être affichés dans les points de ventes.
Le but : inciter les consommateurs au port de gants au moment de l’application du produit, aérer après traitement et de ne pas laisser les animaux qui viennent d’être traités dormir avec leurs maîtres, surtout avec les enfants.

Facebook
Twitter